Juridictionnaire

Grammaticalement parlant, la conception ancienne de la rémunération de l’avocat considère celle-ci comme un honoraire. « L’honoraire est le tribut spontané de la reconnaissance du client. Dans son chiffre et pour sa remise, l’honoraire doit être volontaire et spontané. » Aux temps anciens, l’avocat se contentait de ce que son client voulait bien lui donner. « Il eût été répréhensible de faire dépendre le ministère professionnel du versement d’un honoraire. »
Juridictionnaire

Ah i bei tempi andati! (NB il termine francese di Juridictionnaire mi suona molto meglio dell’eventuale traduzione italiana e fa parte di una collezione di 14 strumenti interessanti creati dal translation bureau canadese)