blaghe’, blogghe’

Il titolo non è riuscito ma attenzione che – se capite il francese – c’è un’intervista a Geert Lovink che vale la pena di leggere con attenzione.

Tra le altre: i dati on line su internet non appartengono ne’ alle aziende ne’ ai governi, semmai sarebbe il caso che appartenessero ad enti sovranazionali come l’UNESCO (peccato che costoro abbiano da tempo perso contatto con il mondo reale, figuriamoci con la versione digitale). Il rapporto con i blog dovrebbe essere più rilassato. I blog stanno, come altri media alternativi in passato, logorando le strutture centralizzate. E via discorrendo. Eccovi un assaggio…

Vous diagnostiquez une impulsion nihiliste du blogging quand d’autres vantent son potentiel émancipateur…
Nous devrions être plus détendus dans notre rapport avec les blogs. Bloguer, ce n’est rien d’autre que des gens ordinaires qui entament un dialogue avec les médias. C’est une étape révolutionnaire. Mais du point de vue du contenu, ça s’est avéré une blague tragique. Ne séparons pas le blogging d’autres tendances dans la société ! Si vous n’êtes pas prêts pour les futilités du quotidien, alors évitez les blogs ! Miraculeusement, le logiciel de blog invite les utilisateurs à se confesser. Grâce à Michel Foucault, nous savons que, de nos jours, les gens croient que leur libération exige d’eux qu’ils « disent la vérité », qu’ils se confessent à quelqu’un, un prêtre, un psychanalyste ou un blog et le fait de dire cette vérité va les libérer.

Penso che lo rileggero’ volentieri, perché oltre ad essere un’intervista densa dal punto di vista dei contenuti è anche leggibilissima.

[ n.b. blaguer si puo’ tradurre in inglese come joking ma anche teasing… ]